Taxonomie des Procaryotes
Accueil
Introduction
Classification résumée
Classification générale
Liste alphabétique

Groupes trophiques spéciaux

Classification de Cavalier-Smith
Conclusion
Biblio
Plan du site
 
Synonymes
         

Crenarchaeota: Phylum AI du Domaine Archaea

  CI. Methanobacteria
CII. Methanococci
CIII. Methanomicrobia
  CIV. Halobacteria
CV. Thermoplasmata
CVI. Thermococci
CVII. Archaeoglobi
CVIII. Methanopyri
CIX. Nanoarchaeota
AIV. Nanoarchaeota
AV. Thaumarchaeota
 
   
   
   
   
    OVI. Rhizobiales
    OVII. Kordiimonadales,
OVIII. Parvulaculales
OIX. Sneathiellales
  CII. Beta-Proteobacteria
   
   
 
   
    OIII. Xanthomonadales
OIV.Cardiobacteriales
   
   
   
   
   
 
   
   
    OIV.Desulfomonadales
OV.Desulfarcales
   
   
 
   
   
  CVI. Zeta-Proteobacteria
 
    OI_1. Clostridiales
    OI_2. Clostridiales
    OII. Thermanaero-bacteriales
    OIII.Halanaerobiales
OIV.Natranaerobiales
  CII. Negativicutes
 
    OI. Bacillales
    OII. Lactobacillales
  CIV. Thermolithobacteria
  CV. Erysipelotrichi
  SCI. Acidimicrobidae
SCII. Rubrobacteridae
SCIII. Coriobacteridae
  SCIV. Actinobacteridae
SOI. Actinomycinae
SOII. Micrococcinae
  SOVII.Corynebacterinae
SOVIII.Micromonosporinae
  SOIX. Propionibacterinae
SOX. Pseudocardinae
  SOXI. Streptomycinae
SOXII.Streptosporanginae
  SOXIII. Frankinae
SOXIV. Glyomicinae
SOXV. Catelunisporinae
  OII. Bifidobacteriales
SCV. Nitriliruptoridae
 
 
 
 
BXXVIII. Caldiserica
BXXIX. Elusimicrobia
BXXX. Armatimonadetes
   

















1. Propriétés du Phylum

Fonctions : sulfo- et thiosulfato-réducteurs ou fermentaires
Morphologie : bâtonnets, coques régulières à irrégulières, disques
Croissance : anaérobies stricts ou facultatifs, hyperthermophiles, neutrophiles à acidophiles
Nutrition : chimiolithoautotrophes ou chimioorganotrophes
Habitat : environnements chauds surtout en milieu marin

2. Taxonomie

Phylum AI. Crenarchaeota

Famille I. Desulfurococcaceae: Desulfurococcus, Acidilobus, Aeropyrum, Ignicoccus, Ignisphaera, Staphylothermus, Stetteria, Sulfophobococcus, Thermodiscus,Thermosphaera

Famille II. Pyrodictiaceae: Pyrodictium, Hyperthermus, Pyrolobus

Ordre III. Sulfolobales

Famille I. Sulfolobaceae: Sulfolobus, Acidianus, Desulfurolobus, Metallosphaera, Stygiolobus, Sulfurisphaera, Sulfurococcus

Ordre IV. Caldisphaerales

  Famille I. Caldisphaeraceae: Caldisphaera

Ordre V. Fervidiccoccales

Famille I. Fervidicoccaceae: Fervidicoccus

3. Description des genres

Phylum AI. Crenarchaeota

Classe I. Thermoprotei

Ordre I. Thermoproteales

Fonctions : sulfo- et thiosulfato-réducteurs et fermentaires
Morphologie : bâtonnets
Croissance : anaérobies stricts ou facultatifs, hyperthermophiles, neutrophiles à acidophiles
Nutrition : chimiolithoautotrophes et organotrophes
Habitat : environnements chauds surtout en milieu marin

Ce sont des procaryotes isolés de sources sulfureuses chaudes acides (pH 2 à 7 ; température 90°C à plus de 100°C). Ils sont capables d'oxyder la matière organique en respirant le soufre élémentaire ou bien d'utiliser chimiolithotrophiquement H2 et le soufre élémentaire comme sources d'énergie avec le CO2 comme source de carbone. Toutes ces conditions sont réalisées dans les solfatars qui sont traversés par des courants chauds de gaz comme CO2, H2, H2S, CO et CH4. Ce sont des microorganismes anaérobies stricts ou facultatifs.

 

Famille I. Thermoproteaceae

Thermoproteus

Bâtonnets rigides de longueur variable, jusqu'à 100 microns et 0,5 microns de diamètre, non mobiles, présentant fréquemment des protrusions sphériques latérales et aux extrémités. Parfois présence de branchements ou de bourgeons et de pili. Température optimale de croissance 88°C à pH 6. Chimiolithotrophes facultatifs ou obligatoires, anaérobies stricts. Croissance hétérotrophe sur de nombreuses sources de carbone y compris le CO par respiration du soufre. Croissance autotrophe sur H2 + S° + CO2. L'ADN contient 55-56 mol % G+C. Le genre comporte trois espèces dont l’espèce type Thermoproteus tenax.


Thermoproteus tenax
Zillig (1989) in Bergey’s Manual of Systematic Bacteriology, Vol. 3,
J.T. Staley et al. eds., Williams & Wilkins pub., p. 2241.

Caldivirga

Bâtonnets droits à légèrement incurvés (0,4-0,7 x 3-20 microns), non mobiles, présentant des formes courbes, branchées, Gram négatif  ; la division s’effectue par branchements ou bourgeonnements avec constriction  ; présence de protrusions sphériques aux extrémités des cellules ou latéralement et de pili terminaux, latéraux ou périphériques. Croissance hétérotrophe anaérobie ou microaérophile sur substrats organiques complexes (extrait de levure, gélatine, glycogène, extrait de bœuf, peptone, tryptone) et en présence de S°, thiosulfate ou sulfate comme accepteurs d’électrons. Le temps de division est de 8 h avec une température optimale de croissance à 85°C (60-92°C) et un pH optimal de 3,7-4,2 (2,3-5,9). La teneur de l’ADN est de 43 mol % G+C. On les rencontre dans les sources chaudes acides. Une seule espèce, Caldivirga maquilingensis.

Pyrobaculum

Bâtonnets cylindriques (0,5-0,6 x 1,5-8 microns , --> 20 microns), mobiles par un à huit flagelles polaires ou flagellation polytriche bipolaire (1 à 3 flagelles par pôle, 15 microns de long) ou plusieurs flagelles péritriches ; présence de formes en V ou X agrégées en amas de 20 cellules, formation de sphères terminales (clubs de golf) en phase stationnaire, pouvant donner des formes coccoïdes à pH > 8 ou à concentration élevée de nitrite, absence de septum et de muréine. Gram négatif. Colonie jaunâtre en aérobiose, verte, grise à gris-noir en anaérobiose. Croissance microaérophile (0,6-1 % O2) ou anaérobie hétérotrophe sur milieu riche. Croissance chimiolithoautotrophe sur  S°, H2 ou thiosulfate. Accepteurs d’électrons: O2, NO3-, NO2- (dénitrifiant), S°, thiosulfate, sulfite, cystine, glutathion oxydé. Température optimale de croissance 100°C (75-104°C) à pH neutre en 3-4 h. L’ADN contient 45-52 mol % G+C. Habitat : solfatars, sources géothermales, systèmes hydrothermaux peu profonds. Six espèces, dont l’espèce type Pyrobaculum islandicum.
 


Pyrobaculum aerophilum
Völkl et al. (1993) Appl. Environ. Microbiol. 59, 2918-2926

Thermocladium

Bâtonnets droits à légèrement incurvés, extrémités rectangulaires ou rondes (0,4-0,5 x 5-20 microns et jusqu’à 50 microns), formes courbes, branchées, en T ou Y, Gram négatif, non mobiles, division par constriction, présence de protrusions sphériques de 1-3 mm de diamètre aux extrémités des cellules. Croissance hétérotrophe, anaérobie ou microaérophile sur substrats organiques complexes, avec S°, thiosulfate, L-cystine et faiblement sulfate comme accepteurs d’électrons. Utilisent nitrate et FeCl3 dans une atmosphère de H2/CO2. Température optimale de croissance 75°C (45-82°C) à un pH optimal de 4 (2,6-5,9). Temps de division 15 à 18 h. ADN : 52 mol % G+C. Habitat : sources chaudes acides. Une seule espèce, Thermocladium modestius.

Vulcanisaeta (L. vulcanicus, volcanique ; L. saeta, cheveux)

Bâtonnets droits à légèrement incurvés (0,4-0,6 x 3-7 microns), présentant occasionnellement des courbures, branchements ou corps sphériques terminaux en club de golf. Pili terminaux ou latéraux. Non mobiles. Anaérobies tolérant de faibles niveaux d’oxygène en présence de thiosulfate. Hétérotrophes utilisant des protéines comme l’extrait de levure, la peptone, l’extrait de bœuf, les Casamino acides et la gélatine aussi bien que le maltose, l’amidon et le malate comme sources de carbone. Exigent le soufre ou le thiosulfate comme accepteurs d’électrons en produisant du sulfure. Résistant au chloramphénicol, kanamycine, oléandomycine, streptomycine et vancomycine. Sensibles à l’érythromycine, novobiocine et rifampicine. Croissance à des températures extrêmes (65-92°C) et des conditions légèrement acides (pH 3,5-5,6). Temps de division entre 4,7 et 6,5 h en conditions optimales. ADN : 44-46 mol % G+C. Deux espèces isolées de sources chaudes acides volcaniques, dont Vulcanisaeta distributa.

Famille II. Thermofilaceae

Thermofilum

Bâtonnets fins de longueur variable (0,17-0,35 x 1-100 microns), non mobiles, parfois branchés avec présence de protrusions sphériques terminales et latérales, et de pili à chaque extrémité. Gram négatif. Anaérobies stricts. Croissance sur extrait de levure ou bactotryptone par respiration du soufre (sulfo-réduction). Thermoacidophiles, température optimale 85-90°C (68 -100°C), pH optimal 5-6 (2,8-6,7), temps de division 10 h. Se rencontrent dans les solfatars terrestres. L'ADN contient 57 mol % de G+C. Deux espèces, dont Thermofilum pendens.


Thermophilum pendens
Zillig et al. (1983) Syst. Appl. Microbiol. 4, 79-87.


Ordre II. Desulfurococcales

Fonctions: sulfo-réducteurs et fermentaires
Morphologie: coques irrégulières, disques
Croissance: anaérobies strictes, hyperthermophiles, légèrement acidophiles (5-6)
Nutrition: chimioorganotrophes
Habitat: environnements chauds surtout en milieu marin

Famille I. Desulfurococcaceae

Desulfurococcus

Coques ± régulières de 0,7 à 1,5 microns de diamètre. Présence d’appendices non cellulaires de 2,5 microns et d’inclusions de soufre. Pendant la croissance, les cellules sont souvent connectées par deux par un fin filament ; division non uniforme par constriction. En milieu très riche, apparition de formes géantes de 10 microns de diamètre. Présence occasionnelle de protrusions en forme de bâtonnets. L'ultrastructure montre des parties denses du cytoplasme attachées à la membrane cellulaire. Anaérobies stricts ; croissance hétérotrophe sur peptides, caséine, lactotryptone ou extrait de levure et même glucose pour une espèce, par sulfo-réduction. Température optimale 87°C entre pH 4 et 7. Certaines espèces présentent une enveloppe de mucus, d'autres une flagellation polaire lophotriche. L'ADN contient 51 mol % de G+C. Cinq espèces, dont Desulfurococcus mucosus.

Acidilobus

Coques régulières à irrégulières, 1-2 microns de diamètre, isolées ou en paires, Gram négatif, non mobiles, paroi de type S monocouche attachée à la membrane cytoplasmique. Barophiles et hyperthermophiles, acidophiles hétérotrophes. Accepteur d’électrons : soufre ; substrats de fermentation : amidon, extrait des levure, extrait de bœuf, extrait de soja ; métabolite : acétate. Croissance stimulée par le soufre, requiert l’extrait des levure (0,1 g/l). Croissance optimale à 85°C (60-92°C), pH 3,8 (2-6). ADN : 54 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’une source chaude acide du Kamchatka, Acidilobus aceticus.
 

Aeropyrum

Cellules coccoïdes très irrégulières, de 0,8-1 microns de diamètre. Enveloppe cellulaire de type S de 25 nm d’épaisseur. Gram négatif. Très mobiles, présence de pili. Aérobies stricts, hétérotrophes hyperthermoneutrophiles. Conditions optimales de croissance : 90-95°C (70-100°C), pH 7 (5-9) et NaCl 35 g/l (18-70 g/l). Utilisent des composés protéiques complexes. ADN : 56 mol % G+C. Une seule espèce, Aeropyrum pernix.

Ignicoccus

Coques irrégulières de 1-3 microns de diamètre, polytriches monopolaires, isolées ou en paires. Gram négatif. Muréine, pseudomuréine ou couche S absentes. Anaérobies stricts, chimiolithoautotrophes croissant sur H2 et CO2 en présence de soufre. Croissance optimale à 70-98 °C, pH 6 et NaCl 20 g/l. ADN : 41-45 mol % G+C. Trois espèces, dont l’espèce type Ignicoccus islandicus.

Ignisphaera (L. ignis, feu)

Coques régulières à irrégulières (1-1,5 microns de diamètre), isolées, en paires ou en agrégats. Anaérobies stricts hétérotrophes sur poly- et dissacharides.  Accepteur d'électrons non exigé. Le soufre élémentaire et NaCl sont inhibiteurs de la croissance. Résistent à novobiocine et streptomycine, sensibles à érythromycine, chloramphénicol et rifampicine. Thermophiles extrêmes acidophiles modérés, avec un optimum de température de 92 à 95°C (85-98°C), un pH de 6,4 (5,4-7) et sans NaCl (<5 g/l). ADN : 53 mol % de G+C. Une seule espèce isolée de sources chaudes neutres terrestres, Ignisphaera aggregans.

Staphylothermus

Coques légèrement irrégulières, isolées, en paires, en courtes chaînes ou en agrégats de 50 à 100 cellules, non mobiles. Diamètre de 0,5 à 1,5 microns selon les conditions de croissance. Hétérotrophie sur peptone, extrait de levure. Réduisent le soufre en H2S avec formation d'acétate, isovalérate et CO2. Thermophiles extrêmes avec un optimum de température de 85 à 92°C, un pH de 6 et 40 g/l de NaCl. Gram négatif. ADN : 35 à 39 mol % de G+C. Deux espèces isolées d’un système hydrothermal sous-marin du Vulcain et de sédiments marins géothermiques de Grèce, dont l’espèce type, Staphylothermus marinus.

Stetteria

Coques irrégulières, 0,5 x 15 microns de diamètre, Gram négatif, un flagelle, protrusions cytoplasmiques en phase stationnaire. Sulfo-réducteurs obligés avec croissance hétérotrophe sur substrats organiques complexes (extrait de levure, peptone, Tryptone, Casamino acides) + S° ou thiosulfate (= accepteur d’électrons)+ H2 (= donneur d’électrons). Métabolites : CO2, acétate, éthanol, H2S. Croissance mixotrophe sur peptides en présence de H2. La croissance requiert de l’extrait de levure (0,1 %), elle est stimulée par CO2. Conditions optimales : température 95°C (68-102°C), pH 6 (4,5-7) et NaCl 20-35 g/l (5-60 g/l), avec un temps de division de 3,1 h. ADN : 65 mol % G+C. Une seule espèce isolée de sédiments géothermaux marins de faible profondeur en Grèce, Stetteria hydrogenophila.

Sulfophobococcus

Coques régulières à légèrement irrégulières de 3-5 microns de diamètre, avec une touffe de filaments de 40 micronsde long. Isolées ou en agrégats. Muréine absente. Anaérobies stricts, hétérotrophes fermentant l’extrait de levure. Croissance optimale à 70-95°C et pH 6,5-8,5, inhibée par S°. ADN : 54-56 mol % G+C. Une seule espèce, Sulfophobococcus zilligii.

Thermodiscus

Disques irréguliers de 0,3 à 3 microns de diamètre et 0,2 microns d'épaisseur. Cellules parfois réunies par deux par des appendices. Croissance sur extrait de levure le plus souvent par fermentation. Formation de H2S et CO2 par sulfo-réduction. Certaines souches présentent une croissance mixotrophe sur H2 et S°. Organismes marins halophiles modérés exigeant entre 10 et 40 g/l de NaCl, isolés de solfatars marins d’Italie. Croissance entre 70 et 95°C. L'ADN contient 53 mol % de G+C. Une seule espèce, Thermodiscus maritimus.

Thermosphaera

Cellules coccoïdes, 0,2-0,8 microns de diamètre, isolées, en paires, courtes chaînes ou grappes de cinq à plusieurs centaines de cellules, flagellation polaire polytriche. Hétérotrophes fermentaires utilisant l’extrait de levure, peptone, gélatine, mélange d’acides aminés, glucose, xylane. Métabolites sur extrait de levure + peptone : isovalérate, acétate, CO2, H2. Croissance inhibée par S° et H2, stimulée par peptone. Conditions optimales : température 85°C (67-90°C), pH 6,5 (5-7), NaCl 0 g/l (0-7 g/l), temps de division, 110 min, ADN, 46 mol % G+C. Une seule espèce isolée de solfatars du parc de Yellowstone aux E.U., Thermosphaera aggregans.

 

Famille II. Pyrodictiaceae

Pyrodictium

Disques irréguliers et polymorphes de 0,3 à 2,5 microns de diamètre et 0,2 microns d'épaisseur, souvent reliés par un réseau de fibres très fines, invisibles au contraste de phase (0,04 à 0,08 microns d'épaisseur), de façon latérale ou terminale. Croissance en toile d'araignée sur le soufre ou le thiosulfate par chimiolithotrophie, stimulée par l'acétate ou l'extrait de levure. Autotrophie sur soufre et H2. Croissance hétérotrophe anaérobie stricte sur extrait de levure, extrait de viande, tryptone, peptone, Casamino acides, caséine, gélatine, albumine bovine, amidon, glycogène, lactose, raffinose, acétate, formate. Métabolites : CO2, isobutyrate, isovalérate, butanol. Croissance stimulée par H2. Organismes marins halophiles modérés mais très halotolérants (1 à 120 g/l de NaCl), isolés de parois de fumeurs noirs du golfe du Mexique et d’Islande, de solfatars sous-marins peu profonds du Vulcain. Température optimale de croissance comprise entre 80 et 110°C avec un pH de 5,5 et NaCl 20 g/l. Temps de division, 60 à 110 min. ADN : 52-62 mol % de G+C. Trois espèces isolées de volcanisme marin, dont l’espèce type Pyrodictium occultum.


Pyrodictium abyssii
Pley et al. (1991) Syst. Appl. Microbiol. 14, 245-253.

Hyperthermus

Coques irrégulières, 1,5 microns de diamètre, division par constriction, présence de pili et de longs filaments, vacuoles, Gram négatif, paroi monocouche. Substrats : tryptone, Trypticase, peptone, gélatine. Métabolites : CO2, butanol, acétate, propionate, phénylacétate. Croissance stimulée (x 10) par S° + H2. Pas de croissance chimiolithoautotrophe. Croissance optimale à 95-106°C (> 75°C, faible croissance à 108°C), pH 7 et NaCl 17 g/l. Temps de division, 2-3 h. ADN : 56 mol % G+C. Une seule espèce isolée de sédiments hydrothermaux marins des Açores, Hyperthermus butylicus.

Pyrolobus

Coques lobées régulières à irrégulières, 0,7-2,5 microns de diamètre, isolées ou en courtes chaînes, paroi cellulaire monocouche, Gram négatif, non mobiles, non sporulées. Chimiolithoautotrophes avec trois types de métabolismes : ammonification du nitrate + H2, réduction du thiosulfate + H2 en H2S, stimulée (x 5) par NH4Cl 10 mM et oxydation microaérophile de H2. Croissance inhibée par S° (lyse des cellules) et par acétate, citrate, pyruvate, glucose ou amidon. Barophiles, résistent à 25 000 Kpa. Résistent une heure à l’autoclavage à 121°C. Hyperthermophiles extrêmes (plus haute température de croissance connue), croissant optimalement à 106°C (90-113°C), pH 5,5 (4-6,5) et NaCl 17 g/l (10-40 g/l). Temps de division, 60 min, ADN : 53 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’une paroi de fumeur noir de l’Atlantique, Pyrolobus fumarii, qui constitue l'organisme le plus thermophile connu jusqu'à ce jour (113°C).

Pyrolobus fumarii
Blöchl et al. (1997) Extremophiles 1, 14-21.


Ordre III. Sulfolobales

Fonctions: sulfooxydantes
Morphologie: coques irrégulières
Croissance: aérobies ou anaérobies, hyperthermophiles, acidophiles
Nutrition: autotrophes  et chimio-organotrophes
Habitat: sources chaudes sulfureuses

Famille I. Sulfolobaceae

Sulfolobus

Cellules sphériques irrégulières (0,8-1 micron de diamètre), lobées. La paroi cellulaire est un complexe protéine-lipide. Gram négatif. Insensibles au lysozyme et aux antibiotiques qui inhibent la synthèse de la paroi. Aérobies acidophiles thermophiles, autotrophes facultatifs utilisant le soufre élémentaire ou l'extrait de levure comme source d'énergie. Le temps de génération est de 4 h. L'ADN varie de 41 à 68 mol % de G+C. Le genre comporte sept espèces isolées de sources chaudes sulfureuses (solfatars), dont Sulfolobus acidocaldarius.

Sulfolobus acidocaldarius
Extrait du site: http://www.bact.wisc.edu/Bact303/MajorGroupsOfProkaryotes

Acidianus (L. acidus, acide; L. ianus, personnage romain mythique à deux faces opposées)

Coques irrégulières, lobées ou courbes, avec des formes en tétraèdres, pyramides, disques ou plates, de 0,5 à 2 microns de large. Gram négatif, non mobiles. La paroi cellulaire est entourée d'une fine enveloppe de 2 nm d'épaisseur composée de sous-unités hexagonales. Aérobies facultatifs. Croissance aérobie par oxydation du soufre élémentaire ou anaérobie par sulfo-réduction. Croissance autotrophe et mixotrophe sur extrait de levure sans soufre en aérobiose. Organismes thermoacidophiles croissant entre 45 et 96°C et pH 1 à 6, en présence de 1 à 40 g/l de NaCl. L'ADN contient 31 mol % de G+C. Quatre espèces isolées des solfatars acides et d’évents hydrothermaux sous-marins, dont Acidianusinfernus.

Desulfurolobus (genre invalidé)

Metallosphaera

Coques régulières à irrégulières de 0,6-1 micron de diamètre. Gram négatif. Mobiles par un à plusieurs flagelles. Aérobies stricts, chimiolithoautotrophes facultatifs. Croissance lithotrophe sur minerais sulfurés comme la pyrite, la sphalérite et la chalcopyrite et sur S°, produisant de l’acide sulfurique. Croissance organotrophe sur extrait de bœuf, peptone et extrait de levure. Croissance optimale à 75°C et pH 1-4,5. ADN : 45 mol % G+C. Trois espèces, dont Metallosphaera sedula.

Stygiolobus

Coques irrégulières, 0,5-1,8 microns de diamètre, isolées ou en agrégats de deux à 50 cellules, fortement lobées, non mobiles, Gram négatif, paroi monocouche, absence de muréine, présence de fimbriae. Chimiolithoautotrophes thermoacidophiles, anaérobies stricts. Donneur d'électrons : H2, accepteur d'électrons : S° (lithotrophie). Croissance stimulée (x 8) par traces (0,005-0,02 %) d’extrait de levure, extrait de viande, tryptone, peptone, Casamino acides. Croissance optimale à 80°C (57-89°C), pH 2,5-3 (1-5,5). ADN : 38 mol % G+C. Une seule espèce isolée de solfatar, Stygiolobus azoricus.

Sulfurisphaera

Coques irrégulières de 1,2-1,5 microns de diamètre. Gram négatif. Anaérobies facultatifs et hétérotrophes. Non mobiles. Croissance sur extrait de levure ou tryptone, entre 63 et 92°C et à pH compris entre 1 et 5. ADN : 33 mol % de G+C. Une seule espèce isolée de solfatar acide, Sulfurisphaera ohwakuensis.

Sulfurococcus

Cellules coccoïdes isolées ou en paires, 0,8-2,5 microns de diamètre. Reproduction par fission binaire et bourgeonnement. Gram négatif. Pas de muréine mais une couche S avec sous-unités protéiques hexagonales. Présence de pili et d’une capsule. Aérobies lithotrophes facultatifs par l’oxydation du soufre en acide sulfurique. Croissance hétérotrophe sur composés organiques complexes (extrait de levure, peptone, sucres, acides aminés). Thermoacidophiles croissant entre 40 et 85°C et à pH 1-5,8. ADN : 43-46 mol % G+C. Deux espèces, dont Sulfurococcus mirabilis.


Ordre IV. Caldisphaerales

Fonctions: sulfo-réductrices
Morphologie: coques régulières
Croissance: anaérobies stricts, hyperthermophiles, acidophiles
Nutrition: chimio-organotrophes
Habitat: sources chaudes sulfureuses

 

Famille I. Caldisphaeraceae

Caldisphaera (L. caldus, chaud ; L. sphaera, sphère)

Coques régulières, 0,8-1,1 microns de diamètre, isolées ou en paires, non mobiles mais présence de pili. Anaerobies stricts tolérant de faibles teneurs en oxygène (jusqu’à 2 %). Hétérotrophes chimio-organotrophes utilisant amidon, glycogène, gélatine, extrait de bœuf, extrait de levure et peptone. Produisent de l’acétate, propionate, isobutyrate, butyrate, isovalérate, H2 et CO2. La croissance est stimulée en présence de soufre qui est réduit en H2S. Des conditions de hautes températures (70-78°C) et d’acidité (pH 3,5-4,5) sont requises pour la croissance. Résistent au chloramphénicol, kanamycine, oléandomycine, streptomycine et vancomycine. Sensibles à l’érythromycine, novobiocine et rifampicine. ADN : 31 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’une source chaude des Philippines, Caldisphaera lagunensis.


Ordre V. Fervidiccoccales

Famille I. Fervidicoccaceae

Fervidicoccus

Coques régulières (1-3 microns de diamètre), non mobiles. Membrane externe S. Anaérobies stricts, hétérotrophes chimio-organotrophes utilisant gélatine, pyruvate, rhamnose, saccharose, extrait de bœuf, extrait de levure et peptone. La croissance n’est pas stimulée en présence de sulfate, sulfite, thiosulfate ou nitrate. Elle est inhibée par 100% H2 dans la phase gazeuse. Croissance optimale à 65-70°C (55-85°C) et pH 5,5-6,0 (4,5-7,5). Temps de division de 6,1 h. ADN : 37 mol % G+C (Tm). Une seule espèce isolée d'une source chaude terrestre du Kamchatka, Russie, Fervidicoccus fontis.


 

Accueil
Introduction
Classification résumée
Classification générale
Liste alphabétique

Groupes trophiques spéciaux

Classification de Cavalier-Smith
Conclusion
Biblio
Plan du site
 
Synonymes