Taxonomie des Procaryotes
Accueil
Introduction
Classification résumée
Classification générale
Liste alphabétique

Groupes trophiques spéciaux

Classification de Cavalier-Smith
Conclusion
Biblio
Plan du site
 
Synonymes
         

Streptomycinae et Streptosporanginae, Sous Ordres XI et XII des Actinomycetales,
Ordre I des Actinobacteridae, Sous Classe V des Actinobacteria,
Classe I du Phylum BXVI du Domaine Bacteria

  CI. Methanobacteria
CII. Methanococci
CIII. Methanomicrobia
  CIV. Halobacteria
CV. Thermoplasmata
CVI. Thermococci
CVII. Archaeoglobi
CVIII. Methanopyri
CIX. Nanoarchaeota
AIV. Nanoarchaeota
AV. Thaumarchaeota
 
   
   
   
   
    OVI. Rhizobiales
    OVII. Kordiimonadales,
OVIII. Parvulaculales
OIX. Sneathiellales
  CII. Beta-Proteobacteria
   
   
 
   
    OIII. Xanthomonadales
OIV.Cardiobacteriales
   
   
   
   
   
 
   
   
    OIV.Desulfomonadales
OV.Desulfarcales
   
   
 
   
   
  CVI. Zeta-Proteobacteria
 
    OI_1. Clostridiales
    OI_2. Clostridiales
    OII. Thermanaero-bacteriales
    OIII.Halanaerobiales
OIV.Natranaerobiales
  CII. Negativicutes
 
    OI. Bacillales
    OII. Lactobacillales
  CIV. Thermolithobacteria
  CV. Erysipelotrichi
  SCI. Acidimicrobidae
SCII. Rubrobacteridae
SCIII. Coriobacteridae
  SCIV. Actinobacteridae
SOI. Actinomycinae
SOII. Micrococcinae
  SOVII.Corynebacterinae
SOVIII.Micromonosporinae
  SOIX. Propionibacterinae
SOX. Pseudocardinae
  SOXI. Streptomycinae
SOXII.Streptosporanginae
  SOXIII. Frankinae
SOXIV. Glyomicinae
SOXV. Catelunisporinae
  OII. Bifidobacteriales
SCV. Nitriliruptoridae
 
 
 
 
BXXVIII. Caldiserica
BXXIX. Elusimicrobia
BXXX. Armatimonadetes
   

















2. Taxonomie des Steptomycinae et Streptosporanginae

Phylum BXVI. Actinobacteria

Classe I. Actinobacteria

Sous-Classe V. Actinobacteridae

Ordre I. Actinomycetales

Sous-Ordre XI. Streptomycineae

Famille I. Streptomycetaceae: Streptomyces, Actinopycnidium, Actinosporangium, Chainia, Elytrosporangium, Kitasatoa, Kitasatospora, Microellobosporia, Streptacidiphilus, Streptoverticillium

Sous-Ordre XII. Streptosporangineae

Famille I. Streptosporangiaceae: Streptosporangium, Acrocarpospora, Herbidospora, Microbispora, Microtetraspora, Nonomuraea, Planobispora, Planomonospora, Planotetraspora, Sphaerosporangium, Thermopolyspora

Famille II. Nocardiopsaceae: Nocardiopsis, Haloactinospora, Marinactinospora, Murinocardiopsis, Salinactinospora, Spinactinospora, Streptomonospora, Thermobifida

Famille III. Thermomonosporaceae: Thermomonospora, Actinoallomurus, Actinocorallia, Actinomadura, Excellospora, Spirillospora

Streptosporangineae non classées: Sinosporangium

3. Description des Genres

Sous-Ordre XI. Streptomycineae

Famille I. Streptomycetaceae

Les actinomycètes de cette famille sont caractérisés par la structure de leur peptidoglycane constitué de LL-DAP et des ponts glycocolle interpeptides (type I). Ce groupe est également homogène en ce qui concerne l'ADN, la composition en sucres des hydrolysats cellulaires et les acides gras des lipides cellulaires. Du point de vue morphologique, les caractéristiques de la famille concernent le mycélium non fragmenté et la transformation d'une partie des hyphes aériennes en chaînes d'arthrospores. La famille comporte trois anciens genres reclassés dans le genre unique Streptomyces. Les streptomycètes ont été l'objet de très nombreuses études et d'un énorme intérêt économique pour la production d'antibiotiques.

Streptomyces

Hyphes minces (0,5-2 microns). Le mycélium aérien forme des chaînes de trois à plusieurs spores (0,5-2 microns de diamètre). La surface des colonies développe une trame d'hyphes aériennes poudreuses ou floconneuses. De nombreux pigments sont produits qui colorent le mycélium et le substrat. De nombreuses souches produisent un ou plusieurs antibiotiques antibactériens, antifongiques, antialgaux, antiprotozoairiens ou antitumoraux. Organismes sensibles aux agents antibactériens et aux actinophages. Aérobies hétérotrophes, hydrolysent gélatine, caséine et amidon et réduisent le nitrate en nitrite. Certaines espèces sont thermophiles. Le genre est très prolifique et comprend 465 espèces dont la reconnaissance demeure confuse. Leur habitat naturel est le sol; très peu ont été isolées de l'homme ou des animaux. Quelques unes sont phytopathogènes et affectent la pomme de terre et la betterave à sucre (gale commune). Espèce type, Streptomyces albus. On Classe les espèces selon quatre groupes basés sur la coloration, la morphologie des chaînes de spores, l'ornementation des spores, l'utilisation des composés carbonés, la production d'antibiotiques.
 
 


Streptomyces (pseudomycélium et colonies)
 


Streptomyces (spores)
Williams et al. (1989) in Bergey’s Manual of Systematic Bacteriology, vol. 4.
S.T. Williams et al. eds., Williams & Wilkins pub., p. 2456.

Actinopycnidium = Streptomyces

Actinosporangium = Streptomyces

Chainia = Streptomyces

Elytrosporangium = Streptomyces

Kitasatoa = Streptomyces

Kitasatospora = Streptomyces

Microellobosporia = Streptomyces

Streptacidiphilus

Mycélium non fragmenté et très branché. A maturité, le mycélium aérien forme de longues chaînes de spores. Colonies lichéniformes. Production d'une gamme de pigments responsables de la coloration des mycélium de substrat et aérien. Des pigments diffusibles peuvent être formés. Peptidoglycan avec acide LL-diaminopimélique. Aérobies chimio-organotrophes utilisant un large spectre de substrats carbonés. Ménaquinones MK-6(H4) et MK-8(H4). Phospholipides polaires: diphosphatidylglycérol, phosphatidyléthanolamine, phosphatidylinositol et phosphatidylinositol mannosides. Croissance entre 15 et 30°C et pH 3,5-6 (opt. 5). ADN : 70-72 mol % G+C. Trois espèces isolées du sol et des litières, dont Streptacidiphilus albus.

Streptoverticillium = Streptomyces

Mycélium (1-2 microns de diamètre) branché. Hyphes aériennes caractéristiques produisant 3 à 6 branches courtes de 1 à 10 microns de long sur une spirale, à intervalles plus ou moins réguliers, prennant l'apparence d'un fil de fer barbelé. Ces branches produisent à leur tour 2 à 12 branches secondaires (structure d'ombelle). Des chaînes de spores rondes à allongées sont formées à l'extrémité de ces branches secondaires. Ces chaînes peuvent être droites, flexueuses ou bouclées. Colonies poudreuses ou floconneuses. Nombreux pigments produits colorant substrat et mycélium. Aérobies saprophytes du sol. Production d'H2S sur peptone. Amidon et gélatine hydrolysés. Toutes les espèces utilisent la tyrosine. Produisent des antibiotiques variés. L'ADN comprend 69 à 73 mol % de G+C. Le genre comprend une cinquantaine d'espèces dont l'espèce type, Streptoverticillium baldaccii. Elles peuvent être divisées en 12 groupes suivant la coloration. Reclassées dans le genre Streptomyces.

 

Sous-Ordre XII. Streptosporangineae

Famille I. Streptosporangiaceae

Streptosporangium (G. streptus, enroulé)

Sporanges sphériques à ovoïdes (7-48 microns). Sporangiospores sur un même rouleau, sphériques à ovoïdes (1-1,3 x 1,5-3,5 microns), non mobiles (Fig. 18). Hyphes très branchées et peu septées, 0,5-1,2 microns de diamètre. Pas de structure en palissade. Certaines espèces exigent des facteurs de croissance, d’autres réduisent le nitrate en nitrite. Paroi de type III. Aérobies stricts. ADN: 70 mol % G+C. Douze espèces, dont Streptosporangium roseum.

Acrocarpospora

Mycélium branché, formant des hyphes aériennes avec des structures terminales sphériques ou en forme de club de golf, contenant des spores spiralées en chaînes. Spores ovales ou coccoïdes, lisses et non mobiles (0,8 x 0,7-1 micron). Aérobies stricts croissant entre 20 et 30 °C. Mycélium jaune pâle et hyphes blanches. Utilisent quelques sucres, réduisent le nitrate. ADN: 68-69 mol % G+C. Trois espèces isolées du sol, dont Acrocarpospora pleimorpha.

Herbidospora

Formation d’hyphes végétatives branchées non fragmentées mais pas d’hyphes aériennes vraies. Courtes chaînes de spores (10 à 30) non mobiles, formées à l’extrémité de sporophores dérivés du mycélium végétatif aggloméré. Colonie blanche à jaune-brun. Utilisent les sucres et les acides organiques. Pas de croissance en présence de 30 g/l de NaCl. Mésophiles. ADN: 69-71 mol % G+C. Une espèce, Herbidospora cretacea.

Microbispora

Spores en paires longitudinales caractéristiques, sur le mycélium aérien uniquement, sessiles ou sur de courts sporophores (Fig. 17). Coloration rose. Plusieurs espèces produisent des cristaux en aiguille violets de iodinine. Ces organismes ne contiennent pas d'acides mycoliques mais possèdent l'acide tuberculostéarique. Aérobies à anaérobies facultatifs, mésophiles ou thermophiles facultatifs. Les vitamines B (thiamine) sont exigées pour la croissance. Se rencontre dans le sol et les sédiments des lacs. Le genre comporte onze espèces. L'espèce type, Microbispora rosea, a été impliquée dans un cas de péricardite et de pleurite chez l'homme.

Microtetraspora

Mycélium très branché, Gram positif. Chaînes de quatre spores sphériques ou ovales sur sporophores issus des hyphes aériennes (Fig. 17). Parfois chaînes de deux ou trois spores, rarement cinq. La sporulation est basipétale. Spores lisses, sphériques à légèrement ovales et non mobiles. Coloration blanche à jaune-vert. Présence de madurose dans les sucres cellulaires. Aérobies mésophiles du sol. Température optimale de croissance entre 20 et 37 °C. Paroi de type III. ADN: 66 mol % G+C. Quatre espèces, dont Microtetraspora glauca.

Nonomuraea (H. Nonomura, microbiologiste japonais)

Mycélium interne et aérien très branché. Gram positif. Spores en chaînes droites, spiralées ou en crochet. Surface des spores irrégulière, plissée, lisse ou verruqueuse. Croissance à 20-45 °C et parfois jusqu’à 55 °C. Paroi cellulaire de type III. ADN: 64-69 mol % G+C. Seize espèces dont Nonomuraea pusilla.

Planobispora

Mycélium de 1 micron de diamètre, très branché. Mycélium aérien peu branché, hyphes parallèles à la surface de l'agar. Le sporange (1-1,2 x 6-8 microns) contient une paire de grandes spores longitudinales péritriches; il est formé sur le mycélium aérien uniquement. Paroi de type III. Hydrolyse de l'amidon et réduction du nitrate. Deux espèces rares du sol, dont l’espèce type Planobispora longispora.

Planomonospora

Mycélium formant une couche compacte à la surface de l'agar. Sporanges formés uniquement sur le mycélium aérien. Ils contiennent une seule spore large et mobile par flagelles péritriches. Pigmentation caractéristique. Paroi de type III. Aérobies assez rares du sol utilisant de nombreux substrats. Hydrolysent l'amidon, réduisent le nitrate en nitrite. Quatre espèces, dont Planomonospora parontospora (G. pareimi, côte à côte).

Planotetraspora (G. planos, vagabond, G. tetra, quatre)

Hyphes végétatives (diamètre 0,3-0,6 micron) modérément et irrégulièrement branchées, pénétrant l’agar. Hyphes aériennes (diamètre 0,2-0,4 micron) avec branchements épars rarement septés, Gram positif. Formation de sporanges cylindriques contenant chacun une rangée de quatre spores mobiles par un flagelle polaire en milieu liquide. Aérobies et mésophiles (28-37 °C). Une espèce, Planotetraspora mira.

Sphaerosporangium (G. sphaero, globuleux, sphérique; G. spora, une graine,
spore; G.
argeion, vaisselle).

Les cellules sont Gram positif et forment des hyphes branchées. Un mycélium de substrat non fragmenté est présent. Des structures sphériques sont présentes sur un mycélium aérien. Elles contiennent des chaînes de spores enroulées. Ces spores sont ovales ou sphériques (0,4–0,9 x 0,6–1,2 microns), non mobiles, avec une surface lisse, ou plissée, ou avec des crêtes proéminentes. En général, le mycélium végétatif est pâle à jaune-marron et le mycélium aérien est blanc. Production de pigment de type mélanine négative. La paroi contient de l’acide meso-diaminopimélique ; elle est de type III. Madurose, glucose et mannose sont les sucres majeurs en addition à de petites quantités de ribose et galactose,
indiquant un type B pour les sucres totaux. Le type acyl des polysaccharides de paroi est l’acétyl. Aérobies stricts, bonne croissance sur extrait de levure-malt agar, Bennett agar et oatmeal agar. Les ménaquinones majeures sont MK-9(H4) et MK-9(H6), ainsi que de petites quantités de MK-9(H2), MK-9(H0) et MK-9(H8). Les acides mycoliques sont absents. Phosphatidyléthanolamine, diphosphatidylglycérol, phosphoglycolipids ninhydrine-positifs et phosphatidylinositol mannosides sont présents. Bonne croissance entre 20–37°C et pH 5–9, mais pas avec 30 g/l NaCl. ADN : 70–72 mol % G+C. Quatre espèces isolées du sol dont l’espèce type Sphaerosporangium melleum.

Thermopolyspora  (G. thermos, chaud ; G. poly, plusieurs ; G. spora, spore)

Actinomycète thermophile formant un mycélium aérien et dans le substrat, non fragmenté, Gram positif. Chaînes spiralées fourchues ou irrégulières portant 4 à 10 spores véruqueuses (1,2-1,5 microns de diamètre), en amas sur des hyphes aériennes longues et modérément branchées sur agar carotte-pomme de terre. Sur ce milieu, l’organisme forme un mycélium aérien faiblement bleuté et un pigment brun soluble. Sur agar à la farine d’avoine, le mycélium dans le substrat est légèrement brun sans pigment soluble et développe des hyphes aériennes blanches à jaunâtres. Aérobies stricts. Bonne croissance sur peptone glucose agar. Assimilent sucres et acides aminés. Production de pigments mélanine sur tyrosine. Hydrolysent agar, caséine, ADN, élastine, gélatine, kératine, amidon, testostérone, tyrosine, Tweens 20 et 80, xanthine et xylane ainsi que esculine, allantoine et arbutine. Produisent arginine dihydrolase, catalase, citrate lyase, b-galactosidase, b-glucosidase et oxydase. Le peptidoglycan de la paroi contient des acides meso-diaminopimélique et muramique N-acétylé. L’hydrolysat complet des cellules contient du glucose et du ribose. Les isoprenologues majeurs sont MK9, MK9(H2) et MK9(H4). L’organisme contient également des acides gras riches en chaînes saturées, insaturées et branchées, mais pas d’acides mycoliques. Croissance optimale à 45-55°C (40-60°C) et pH 6-9. ADN : 77 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’un sol de montagne du Pamir, Thermopolyspora flexuosa.
 

Famille II. Nocardiopsaceae

Nocardiopsis

Hyphes aériennes en zig-zag (Fig. 17). Spores de longueur variable avec une paroi polaire épaissie. Dix espèces, dont Nocardiopsis dassonvillei isolée d'infections humaines ou animales mais de pathogénicité controversée.

Haloactinospora

Actinomycètes filamenteux Gram positif. Le mycélium aérien blanc à jaunâtre, non fragmenté, forme à maturité des longues chaînes de spores cylindriques à surface lisse, non mobiles. Le mycélium interne jaune pâle à vif, non fragmenté, forme des chaînes de spores avec des pseudosporanges terminaux. Pas de production de pigments diffusibles. Présence d'acide meso-diaminopimélique, de galactose et de ribose. Aérobies utilisant certains sucres. Bonne croissance sur Czapek agar, extrait de levure-extrait de malt agar et pomme de terre-agar. Ne produisent pas de mélanine. Phospholipides: diphosphatidylglycérol, phosphatidylglycérol, phosphatidylcholine et phosphatidylinositol mannoside. Ménaquinones prédominantes: MK-10(H8), MK-11(H4), MK-11(H6) et MK-11(H8). Croissance optimale à 37°C (20-45°C), pH 7-8 (6-9) et 150 g/l de NaCl (90-210 g/l). ADN: 68 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’un lac salé chinois, Haloactinospora alba.

Marinactinospora (L. marinus, de la mer ; G. actinos, un rayon ; G. spora, spore)

Mycélium végétatif branché Gram positif non fragmenté ; mycélium aérien blanc-jaune différencié en longues chaînes de spores à la surface plissée. Pas de production de pigments diffusibles. Peptidoglycane avec acide meso-diaminopimélique. Aucun sucre détecté dans la paroi. Aérobies stricts, chimio-organotrophes. Catalase et oxydase positives. Utilisent certains sucres. Hydrolysent amidon, cellulose, urée et Tweens. Réduisent le nitrate. Ménaquinones respiratoires majeures MK-10(H8), MK-11(H8) et MK-11(H10). Lipides polaires: diphosphatidylglycérol, phosphatidylglycérol, phosphatidylcholine, phosphatidylinositol mannosides, phosphatidylinositol et des phosphoglycolipides inconnus. Thermotolérants modérés. Croissance optimale à 28°C (10-55°C), pH 7-8 (6-9) et 0-10 g/l NaCl (0-50 g/l). ADN : 72 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’un sédiment marin profond de Chine, Marinactinospora thermotolerans.

Murinocardiopsis (L. murus, mur; L. Nocardiopsis, nom de genre bactérien)

Bactérie Gram positif formant des filaments mycéliens de substrat jaunâtres de 1,3 microns de large. Pas de mycélium aérien. L’acide diaminé du peptidoglycane est l’acide meso-diaminopimélique. Les acides mycoliques sont absents. Aérobies oxydase faiblement positive. N-Acetyl-D-glucosamine, L-arabinose, arbutine, cellobiose, D-fructose, D-glucose ,D-galactose, maltose, L-rhamnose, salicine, tréhalose, D-xylose, D-adonitol, myo-inositol, D-mannitol, D-mannose, ribose, acétate, fumarate, DL-lactate, L-malate, 3-hydroxy-DL-butyrate, pyruvate et L-proline sont utilisés comme seule source de carbone. Les ménaquinones majeures sont MK-10(H4), MK-11(H4), MK-12(H2) et MK-10(H8). Les lipides polaires sont la phosphatidylcholine, le diphosphatidylglycérol, le phosphatidylglycérol, le phosphatidylinositol et des lipides inconnus. Une seule espèce isolée en Allemagne d’un papier mural moisi, Murinocardiopsis flavida.

Salinactinospora (L. salinus, salé; G. actis, actinos, un rayon; G. spora, une graine)

Actinomycètes filamenteux, Gram positif. Le mycélium aérien de couleur blanche, forme de longues chaînes de spores en forme de bâtonnets à surface lisse. Le mycélium de substrat de couleur jaune pâle à jaune foncé, est très branché avec des hyphes non fragmentées. Pas de production de pigments diffusibles. Les hydrolysats de cellules entières contiennent l’acide meso-diaminopimélique, glucose et xylose. Bonne croissance sur milieux ISP 2, ISP 3, ISP 4 et ISP 5 agars, Czapek agar, nutrient agar et potato agar additionnés de 10% (wlv) NaCl. Aérobies stricts. Utilisent alpha-cyclodextrine, dextrine, glycogène, inuline, mannane, L-arabinose, n-arabitol, arbutine, cellobiose, D-galactose, D-glucose, lactose, lactulose, maltose, maltotriose, D-mannose, mélibiose, raffinose, L-rhamnose, saccharose, salicine, D-ribose, D-sorbitol, turanose, xylitol et inosine comme seule source de carbone, mais pas D-fructose, L-fucose, inositol, D-galacturonate, D-mannitol, mélézitose, stachyose, D-xylose, D-tagatose et D-psicose. Les tests pour l’hydrolyse de l’amidon et la cellulose, la production de mélanine, d’H2S et la liquéfaction de la gélatine sont négatifs, tandis que ceux pour l’hydrolyse des Tweens 20, 40,60 et 80, la réduction du nitrate, l’utilisation de l’urée, la coagulation et la peptonisation du lait sont positifs. Les ménaquinones prédominantes sont MK-10(H2), MK-10(H6), MK-10(H8) et MK-9(H3). Les phospholipides sont le diphosphatidylglycérol, le phosphatidylglycérol, des phospholipides, glycolipides et lipides inconnus. Sensibles à (microg par disque): norfloxacine (10), vancomycine (30), amoxicilline (10), minocycline (30) et erythromycine (15). Résistent à pénicilline (10), oxacilline (1), ampicilline (10), carbénicilline (100), amikacine (30), gentamicine (10), kanamycine (30), néomycine (30), midécamycine (30), ofloxacine (5), norfloxacine (10), polymyxine B (300), furazolidone (300), clindamycine (2), nétilmicine (30), ciprofloxacine (5), tobramycine (10), triméthoprime (5), lincomycine (2) et streptomycine (10). Halophiles modérés. Croissance optimale à 37°C (16-50°C), pH 7,0-8,0 (6.0-9.0) et 90-120 g/l NaCl (10-230 g/l). ADN : 60 mol% G+C. Une seule espèce isolée d’une mare salée en Chine, Salinactinospora qingdaonensis.

Spinactinospora (L. spina, épine; G. actis, actinos, un rayon; G. spora, une spore)

Actinomycètes filamenteux Gram positif. Le mycélium aérien blanc à jaune pâle, forme des chaines courtes ou longues de spores épineuses cylindriques à elliptiques. Le mycélium de substrat jaune pâle à profond, est branché avec des hyphes non fragmentées. Pas de production de pigments diffusibles. Les hydrolysats de cellules entières contiennent l’acide meso-diaminopimélique, ribose et glucose. Aérobies, catalase et oxydase positives. Bonne croissance sur milieux gélosés ISP 2, ISP 3, ISP 4 et ISP 5, Czapek, nutrient agar et potato agar. Utilisent dextrine, glycogène, N-acétyl-D-galactosamine, N-acétyl-D-glucosamine, L-arabitol, cellobiose, D-fructose, D-galactose, D-gluconate, D-glucose, maltose, maltotriose, D-mannose, 3-méthyl-n-glucose, D-ribose, sedoheptulosane, uranose, xylitol, D-xylose, acétate, L-alaninamide, L-alanine, L-asparagine, L-glutamate, L-sérine, 2,3-butanediol, glycérol et inosine. Hydrolysent Tweens 20, 40, 60 et 80 et urée, réduisent le nitrate. Les ménaquinones prédominantes sont MK-10(H8), MK-10(H6) et MK-9(H3). Les phospholipides sont le diphosphatidylglycérol, le phosphatidylglycérol, la phosphatidylcholine, le phosphatidylinositol et des phosphoglycolipides inconnus. Alcalitolérants modérés. Croissance optimale à 37°C (16-44°C), pH 7-8 (6,0-10,5) et 30-80 g/l NaCl (10-150 g/l). ADN : 77 mol % G+C. Une seule espèce isolée d’un sédiment marin à 17,5 m de profondeur en Chine, Spinactinospora alkalitolerans.

Streptomonospora

Hyphes branchées. Le mycélium aérien forme à maturité des courtes chaînes de spores ovales ou en forme de bâtonnets (1 x 1,5-2 microns) à surface ridée, non mobiles. Le mycélium interne n’est pas fragmenté mais extensivement branché; il forme des spores non mobiles, isolées, ovales à rondes (1,4-1,6 microns), ridées. Aérobies utilisant des sucres et l’amidon. Produisent de la mélanine. Croissance optimale à 28 °C, pH 7 et 150 g/l de NaCl. Une seule espèce isolée d’un lac salé chinois, Streptomonosporasalina.

Thermobifida

Mycélium interne extensivement branché avec hyphes non fragmentées. Mycélium aérien branché. Spores lisses, isolées, ovales à rondes (0,5-2 microns de diamètre), apparaissant sur des sporophores dichotomiques et formant des amas sur le mycélium aérien et parfois interne. Gram positif, Paroi cellulaire de type III. Aérobies stricts, chimio-organotrophes. Phospholipides complexes: DPG, PME, PC, PI, PG et un inconnu. Ménaquinones prédominantes: MK-10(H6) et MK-10(H8). Glucose, galactose et xylose sont trouvés dans l'hydrolysat total des cellules. Croissance à 35-60 °C et pH 7-9.  ADN: 66-72 mol % G+C. Quatre espèces, dont Thermobifida alba

Famille III. Thermomonosporaceae

Thermomonospora

Spores uniques formées uniquement sur le mycélium aérien. Les hyphes sont flexueuses et non septées, simples ou branchées, blanches. Les spores sont formées à l'extrémité des sporophores, acropétalement c'est-à-dire successivement dans la direction de l'apex, les spores apicales étant les plus jeunes. Les sporophores peuvent être dichotomiques. Ils sont incolores ou jaunes. Paroi de type III. Anaérobies facultatifs, thermophiles (45-55 °C). Se rencontrent dans le sol, le fumier et le foin. Deux espèces, dont thermomonospora iescurvata.

Actinoallomurus (G. actinos, rayon ; G. allos, différent ; L. murus, mur)

Actinomycètes non-acide-fast, aérobies stricts, avec nombreux branchements et hyphes de substrat non fragmentées. Chaînes de spores formées au sommet du mycélium aérien. Spores en forme de bâtonnets ovales ou courts (0,5-1,2 x 0,7-2,0 microns), non mobiles. Colonie à surface poudreuse. Bonne croissance sur tous les milieux testés mais faible sporulation sur ces milieux. Croissance optimale à 25-30°C. La paroi contient D-glutamate, D- et L-alanine, L-lysine et meso-A2pm. Les hydrolysats de cellules contiennent madurose et galactose. Ménaquinones prédominantes MK-9(H6) et MK-9(H8). Phospholipides détectés : phosphatidylglycérol et diphosphatidylglycérol. ADN : 69-74 mol % G+C. Neuf espèces isolées du sol au Japon, dont Actinoallomurus (ex Actinomadura) spadix.

Actinocorallia (G. corallium, corail)

Mycélium végétatif branché mais non fragmenté, brun jaunâtre, formant des sporophores qui forment de longues chaînes de spores non mobiles. Mycélium aérien blanc à jaune pâle. Croissance entre 12 et 38 °C (opt. 24-32 °C). Utilisent les sucres. ADN: 73 mol % G+C. Cinq espèces, dont Actinocorallia herbida.

Actinomadura

Mycélium branché formant des courtes chaînes d'arthrospores sur des hyphes aériennes (Fig. 17). Parfois l'hydrolysat des cellules contient parmi les sucres, le madurose (3-0-methyl-D-galactose), d'où le nom du genre. Ce dernier comporte cinquante et une espèces, dont Actinomadura madurae peut engendrer une maladie des tissus sous-cutanés et des os chez l'homme, caractérisée par des abcès purulents, en régions tropicales et subtropicales. Le sol est le réservoir d'infection; celle-ci intervient par les pieds. L'organisme produit une collagénase qui joue un grand rôle dans sa pathogénicité.

Excellospora = Actinomadura

Formation de spores uniques ou en courtes chaînes sur le mycélium et les hyphes aériennes, parfois en spirale de vingt spores ou plus. Présence d'acides gras branchés en C16-C17 et C18. Trois espèces isolées du sol et qui se différencient par leur coloration, dont l’espèce type, Excellospora viridinigra, reclassées dans le genre Actinomadura.

Spirillospora

Hyphes de 0,2 à 1 microns de diamètre. Sporange sphérique (5-24 microns). Les spores se développent sur un à plusieurs rouleaux (Fig. 18). Elles ont la forme de bâtonnets courts, longs ou spiralés, mobiles par un à trois flagelles subpolaires. Paroi de type III. ADN: 73 mol % G+C. Deux espèces, dont Spirillospora albida (L. albida, blanc).

Streptosporangineae non classées

Sinosporangium (L. sina, Chine; L. sporangium du G. spora, une graine, une spore et du G. angeion (L. angium) vesselle, sporange)

Cellules Gram positif formant des hyphes branchées. Sporanges globuleux formés sur le mycélium aérien. Chaînes de spores enroulées dans le sporange. Spores non mobiles, à surface lisse. Pas de pigment diffusible produit sur aucun des milieux testés. L’acide meso-diaminopimélique est l’acide aminé du peptidoglycane. Les hydrolysats de cellules contiennent arabinose, galactose et ribose. Aérobies, catalase positive, oxydase négative. Positifs pour la phosphatase alcaline, leucine arylamidase, valine arylamidase, trypsine, phosphatase acide, naphthol-AS-BI-phosphohydrolase, alpha-glucosidase et beta-glucosidase. Négatifs pour la liquéfaction de la gélatine, la coagulation et peptonisation du lait, l’hydrolyse de l’amidon, de l’urée et de l’esculine, la réduction du nitrate, la production d’H2S et l’hydrolyse de la cellulose. La plupart des substrats du kit Biolog GEN III peuvent être utilisés comme seule source de carbone et d’énergie exceptés D-lactose, D-galactose et myo-inositol. Acide produit sur D-adonitol, D-glucose, tréhalose et 5-cétogluconate. Phospholipides : phosphatidylméthyléthanolamine, phosphatidyléthanolamine, hydroxyphosphatidyléthanolamine, phospholipides contenant de la N-acétylglucosamine, deux phospholipides inconnus et un glycolipide inconnu. Les ménaquinones sont la MK-9(H2) (53,1 %) et MK-9(H4) (46,9 %). Croissance optimale à 28–32°C (10–37°C ), pH 7,0–7,5 (6,5–8,5) et jusqu’à 10 g/l NaCl. ADN : 69 mol% G+C. Une seule espèce isolée du sol en Chine, Sinosporangium album.

 








Accueil
Introduction
Classification résumée
Classification générale
Liste alphabétique

Groupes trophiques spéciaux

Classification de Cavalier-Smith
Conclusion
Biblio
Plan du site
 
Synonymes